Lorsqu’il s’agit de nouvelles technologies et de pari sur le futur, il est sain de douter. Pour ce qui semble être la révolution du siècle, le big data, tout serait déjà acté : il dirigera nos modes de consommation, peut-être même nos modes de vie. Pourtant, des voix s’élèvent pour dénoncer un mirage. Qui dit vrai alors que l’on ne sait pas encore de quoi le big data de demain sera fait ?

Le big data aujourd’hui

Les promesses et les rêves

Des serveurs sur des kilomètres qui engrangent des données à n’en plus finir. Puis, autant d’ordinateurs qui les trient, les soupèsent et en font des informations utiles dans tous les domaines. Voilà, en gros, la promesse du big data. Un rêve pour certain, un cauchemar pour d’autres.

Dans bien des domaines, les méga-données ouvrent déjà un univers de possibilités. Que ce soit dans la santé, la démographie, l’éducation, la mobilité, la médecine, les services, la publicité et le commerce. Dans ce dernier cas, un service comme Data-B permet d’optimiser tous les aspects de son développement. Mais où en sommes-nous véritablement ? Dans un moment charnière sans nul doute.

Une époque de transition

Dans les entreprises, engager un data scientist est devenu une course à l’échalote pour trouver le meilleur, payé à prix d’or. Mais beaucoup de data scientists, malgré leur talent, ne peuvent pas faire grand chose devant les demandes qui leur sont faites. Alors que, le big data, peut être un tas d’or à découvrir pour les entreprises, d’autres imaginent plutôt une boîte de pandore.

En effet, même si le métier fait rêver bon nombre de recruteurs, très peu d’entreprises ont la structure informatique nécessaire. Elles ne sont pour ainsi dire pas adaptées aux réelles possibilités du big data à l’heure actuelle. Par ailleurs, elles sont aussi nombreuses à ne pas avoir pris conscience de l’importance de cette nouvelle technologie.

Changement structurel profond et investissements sont alors obligatoires. Mais il est bien sûr possible de faire appel, d’ores et déjà, à des services externes pour obtenir des applications directement utiles pour son secteur.

Le big data n’est donc ni une promesse d’un avenir forcément florissant, ni une escroquerie fomentée par les puissants de la technologie. Cette révolution numérique est surtout un outil dont il faut connaître la force pour en faire le meilleur usage. Car, dans chaque secteur, les enseignes comme ailleurs, le big data peut avoir une formidable utilité. S’il n’est pas un levier de croissance comme les autres, il est un levier indispensable pour donner une nouvelle ampleur à son activité.

Ecrire un commentaire … Fermer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *